Traitement I-131 pour l’hyperthyroïdie

L’iode radioactif sert à traiter l’hyperthyroïdie depuis 60 ans et il est très efficace lorsque la thyroïde est exposée à une dose de rayonnement suffisant1. Traitement privilégié des médecins américains1, l’administration d’iode radioactif a pour but de rendre le patient hypothyroïdien1.

Voici les avantages de l’iode radioactif pour le traitement de l’hyperthyroïdie :

  • il guérit définitivement l’hyperthyroïdie, contrairement aux antithyroïdiens dont le taux d’échec est de 70 à 80 % chez les patients américains après une période de 12 à 18 mois1;
  • il peut permettre aux patients atteints de la maladie de Graves d’éviter une intervention chirurgicale ainsi que les effets secondaires possibles des antithyroïdiens1;
  • des essais cliniques contrôlés aléatoires ont démontré que l’efficacité du traitement à l’iode radioactif pour soigner la maladie de Graves, la principale cause de l’hyperthyroïdie, atteint 86 % avec une dose de 15,7 mCi2;
  • la plupart des patients ont une fonction thyroïdienne normale et ne présentent aucun symptôme clinique après une période de quatre à huit semaines1.

Les iodes-131 ne sont pas tous égaux

HICONMD I-131 de Jubilant DraxImage est un iode radioactif de qualité pharmaceutique approuvé par la FDA pour le traitement de l’hyperthyroïdie, qui se conforme aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) actuelles en matière de qualité, de pureté et de concentration.

Bibliographie :

  1. Bahn RS, Burch HB, Cooper DS, et al. Hyperthyroidism and other causes of thyrotoxicosis: management guidelines of the American Thyroid Association and American Association of Clinical Endocrinologists. Thyroid. 2011;21(6):593–646.
  2. Ross DS, Burch H, Cooper DS, et al. 2016 American Thyroid Association Guidelines for Diagnosis and Management of Hyperthyroidism and other causes of Thyrotoxicosis. Thyroid. 2016. [Epub ahead of print]
  3. Regalbuto C, Marturano I, Condorelli A, et al. Radiometabolic treatment of hyperthyroidism with a calculated dose of 131-iodine: results of one year follow-up. J Endocrinol Invest. 2009;32(2):134-138.